Rentrée 2019. La carte scolaire confrontée à la baisse démographique

C’est inédit depuis des années. Pour la première fois, le département d’Ille et Vilaine attend une baisse des effectifs dans ses écoles à la rentrée prochaine. Une baisse qui devrait atteindre 627 élèves, à l’image des autres départements bretons: -860 pour les Côtes d’Armor et -1060 pour le Finistère auxquels s’ajoute le Morbihan -660, soit 3000 élèves en moins pour la Bretagne. Et ces chiffres qui interpellent, sont l’expression d’un phénomène qui affecte la Bretagne comme  l’ensemble de la France,  conséquence directe de la baisse de la natalité que l’on observe dans l’Hexagone.

Le Morbihan est donc aussi impacté comme le rappelle Françoise Favreau, directrice départementale de l’Education nationale du Morbihan en commentant le projet de carte scolaire qui vient d’être publié. « A la rentrée prochaine nous attendons 660 élèves de moins dans le public et la tendance est la même pour le privé… », indique-t-elle. Au total une diminution de 1200 élèves dans les écoles primaire du Morbihan. Et ce n’est pas fini. « C’est une baisse démographique qui semble installée, durable et importante… », prévient-elle, annonçant aussi une stabilisation voire une baisse des effectifs dans les collèges dès la rentrée prochaine.

Un contexte qui permet à Françoise Favreau de constater que finalement, le Morbihan s’en tire plutôt bien en ce qui concerne les postes puisque l’Académie conserve le même nombre de poste, ce qui se traduit par une perte de 5 emplois pour le Morbihan à la prochaine rentrée. Un ratio qui selon Françoise Favreau se traduit par une amélioration des conditions de scolarité. Elle réfute des chiffres qui ont été évoqués ces derniers faisant état d’un nombre de fermetures de classes deux fois plus importants que les ouvertures. Carte scolaire en main elle montre que le différentiel entre le nombre de fermeture et d’ouverture se traduit par la perte d’une classe et demi. « Nous allons améliorer sensiblement les conditions d’encadrement des élèves », affirme-t-elle. Parmi les priorités qu’elle met en avant figure un renforcement de l’accompagnement des écoles en zone rurale avec un accueil des enfants de 2 ans bien supérieur à la moyenne nationale et un soutien pédagogique apporté aux classes multi-niveaux. Des postes vont être consacrés à la poursuite du dédoublement des classes en CP/CE1 dans les 6 écoles en zone d’éducation prioritaire. A la rentrée 2017, 7 classes de CP étaient dédoublées dans 3 écoles de REP, à la rentrée 2018, 13 classes de CP étaient dédoublées dans 6 écoles et en 2019 ce sont 14 classes de CP qui seront dédoublées avec la création de 5 classes de CE1 portant à 13, le nombre de CE1 dédoublés. Les secteurs d’éducation prioritaire font l’objet d’une attention particulière avec le maintien du dispositif « plus de maitres que de classes » dans les REP, le maintien d’un taux d’encadrement inférieur à 25 en moyenne, le renforcement de l’accueil des enfants de 2 ans. Une ULIS supplémentaire va être ouverte à Riantec portant à 30 leur nombre dans le département « pour assurer un maillage de proximité » (313 élèves). Le phénomène marquant de cette rentrée est aussi l’ouverture de 4 nouvelles filières bilingues (Auray, Questembert, Hennebont et Locmiquélic).

L’évolution du réseau scolaire. A la rentrée prochaine le Morbihan comptera 294 classes contre 297 actuellement, notamment en raison de plusieurs fusions à Grandchamp, Port-Louis et Lorient. le dispositif des maîtres formateurs va être réorganisé pour créer des décharges de référents mathématiques dans six circonscriptions: Vannes, Lorient, Lorient nord, Landes de Lanvaux, Hennebont et Golfe-Questembert. Cela devrait permettre la formation de 30 à 40 enseignants par circonscriptions. Une façon de réagir au recul de la France dans cette matière.

Bref, pour Françoise Favreau qui détaille cet inventaire de la rentrée 2019, l’Education des élèves du Morbihan va plutôt gagner en qualité dans un contexte de baisse démographique et insiste sur le caractère provisoire de ce document. « Il peut y avoir des situations qui évoluent dans un sens ou un autre d’ici la rentrée. Nous allons suivre comme chaque année cette situation. Nous pouvons faire des erreurs et c’est la raison pour laquelle de nouveaux ajustements interviendront en septembre… », rappelle-t-elle.

Second degré: l’informatique au lycée public de Ploërmel

La grande nouveauté qui concernera le second sera le renforcement dès la seconde de l’apprentissage des sciences informatiques avec un approfondissement prévu en 1ère et terminales dans les lycées d’Auray, Lanester, Lorient (Colbert et Dupuy de Lôme), Pontivy, Questembert (Marcelin Berthelot) et Vannes (Charles de Gaulle et Lesage). Françoise Favreau a annoncé que cette spécialité sera intégrée au futur lycée public de Ploërmel dès son ouverture.

Vous pouvez également consulter le détail des projets de fermeture et d’ouvertures de classe figurant dans la carte scolaire en cliquant ici


'Rentrée 2019. La carte scolaire confrontée à la baisse démographique' n'a pas de commentaires

Soyez le premier à commenter cet article

Voulez-vous commenter ?

Votre adresse e-mail ne sera pas affichée

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.