Sécurité routière. Sans permis, il regardait des vidéos en conduisant

« Quand on conduit, on regarde la route ». C’est le rappel que font les gendarmes à ceux qui conduisent en regardant par exemple l’écran de leur téléphone portable après un accident causé par un automobiliste qui regardait des vidéos alors qu’il était au volant. Un évènement qui illustre parfaitement les conséquences d’un tel comportement. Pour les autres puisque 10 lycéens ont été blessés dans cet accident et pour l’auteur des faits qui écope d’une lourde sanction. Le commandant Durussel qui dirige l’escadron de sécurité routière du Morbihan revient sur les faits et fait un rappel à la loi…

« Le 17 décembre 2018 à 08h15, un ralentissement se forme sur la RN 24 à hauteur de Kervignac, en direction de Lorient. Une camionnette vient percuter violemment un car scolaire occupé par 10 lycéens dont 6 seront blessés avec des ITT allant de 0 à 15 jours.
Les premières constations réalisées par les militaires du PMO de Brech permettent de déterminer que le conducteur de la camionnette n’a pas freiné. Il s’agit d’un jeune homme de 31 ans, dont le permis de conduire est suspendu suite à une conduite sous stupéfiants. Le dépistage stupéfiants réalisé le jour de l’accident se révèle également positif. Enfin, l’analyse du téléphone permettra de déterminer que le conducteur était au moment de l’accident en train de regarder des vidéos sur son téléphone portable.

Entendu sous le régime de la garde à vue le lundi 28 janvier 2019, le mis en cause a été présenté au parquet de Lorient à l’issue de son audition et placé sous mandat de dépôt en attendant sa comparution immédiate le 30 janvier 2019.
Le 30 janvier 2019, l’individu est condamné par le tribunal correctionnel de Lorient à 1 an de prison dont 6 mois fermes, à une obligation de soins et à l’annulation de son permis de conduire avec interdiction de le repasser pendant 1 an.

Si tout le monde sait à présent qu’il est interdit de téléphoner en conduisant, cet accident démontre que la problématique est plus large et concerne l’utilisation du smartphone dans sa globalité : téléphoner, écrire des SMS, consulter ou écrire des mails, recevoir des notifications, consulter des pages web ou regarder des vidéos….
L’usage du téléphone est réprimé par une amende de 135 euros et la perte de 3 points.
Le fait de placer dans le champ de vision du conducteur d’un véhicule en circulation un appareil en fonctionnement doté d’un écran et ne constituant pas une aide à la conduite ou à la navigation est interdit. Cette infraction est sanctionnée d’une contravention de 5ème classe d’un montant de 1 500 euros au maximum et d’un retrait de 3 points du permis de conduire. L’appareil peut être saisi par les forces de l’ordre et définitivement confisqué après condamnation du contrevenant par le tribunal. »


'Sécurité routière. Sans permis, il regardait des vidéos en conduisant' a 1 commentaire

  1. 22 février 2019 @ 8 h 43 min Olivier

    Là on peut réellement parler de justice laxiste ! Conduite malgré suspension, récidive de conduite sous stupéfiants, visionnage de vidéos en conduisant, blessures involontaires (10 lycéens blessés) et on auraient pu (dû ?) retenir lise en danger de la vie d’autrui. Maximum obligatoire pour la sécurité des autres.

    Répondre Signaler un abus


Voulez-vous commenter ?

Votre adresse e-mail ne sera pas affichée

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.