Accueil / Oust à Brocéliande / Malestroit. Le centre Saint-Michel forme les aides-soignants du futur

Oust à Brocéliande

Publié le 3 septembre 2018

Malestroit. Le centre Saint-Michel forme les aides-soignants du futur

La promotion 2018-2019

La clinique des Augustines de Malestroit rayonne de tout son savoir-faire bien au-delà des limites de sa commune d’accueil, Malestroit. Une importance qui est sans doute la conséquence de la capacité de la direction de cet établissement à anticiper les évolutions futures du monde de la santé.

Dès 1997, alors que le monde hospitalier est secoué par les restructurations économiques, la clinique des Augustines ouvre une école paramédicale, le centre de formation Saint-Michel. Cette école assure la formation initiale des aides-soignant(e)s, mais aussi la formation continue des professionnels de santé. Aujourd’hui, cette formation des aides-soignant(e)s s’inscrit parfaitement dans les objectifs de la nouvelle politique de santé qui privilégiera dans les années à venir l’hospitalisation à domicile. Un schéma dans lequel le métier d’aides-soignant(e)s prend une place primordiale. Ce lundi matin, jour de rentrée scolaire, Catherine Mongin, la directrice générale de la clinique des Augustines a accueilli la nouvelle promotion d’élèves aides-soignant(e)s. Et c’est bien cet enjeu déterminant de leur future carrière qu’elle a souligné en s’adressant à eux. « C’est votre avenir à tous, c’est à dire être capable de discerner que beaucoup de patients seront pris en charge en ville et chez eux », a-t-elle rappelé, insistant sur le professionnalisme extrême du personnel de la clinique et des formatrices que vont rencontrer les élèves au cours de leur formation (voir notre vidéo ci-dessous).

Catherine Mongin a replacé les compétences techniques indispensables à l’exercice de ce métier dans une nécessaire approche morale, celle des valeurs que défend l’institution des Augustines et au centre desquelles se trouve l’attention portée à l’autre. Mais le métier d’aides-soignant(e)s est aussi un métier exigeant et on le sait, parfois ingrat. Alors dans ce contexte, Catherine Mongin a tracé une sorte de « fil rouge »: la notion de responsabilité. « On n’exécute pas seulement un geste technique et on s’en va, mais on est responsable d’une pris en charge d’un patient », a-t-elle prévenu.

Giorgio Benassi, le directeur du centre de formation a également longuement insisté sur les valeurs morales qu’incarne la communauté des Augustines et qu’intègre pleinement la formation qui est dispensée aux élèves du centre. Un centre en constante évolution avec notamment le développement d’une stratégie d’ouverture à l’international, via des stages qui s’offrent en Suisse en Belgique mais aussi au Québec. Une ouverture au monde qui se fait parallèlement avec des partenariats qui se renforcent au niveau local en particulier avec les lycées Jean Queinnec, La Touche, pôle emploi, la mission locale du pays de Ploërmel et l’antenne de l’AREP 56 avec l’accès à l’emploi comme objectif (voir notre vidéo ci-dessous).

Chaque année, le centre de formation Saint-Michel accueille environ 70 élèves issus de filières très diverses : sortie d’école, bac pro, reconversion et même apprentissage. Cela donne un pannel d’âge très ouvert qui va de 18 à 52 ans et qui concerne essentiellement des morbihannais, un public assez peu ouverts à la mobilité. Mais chaque année, 80% des élèves trouvent un emploi dans le Morbihan…

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Articles similaires