Bohal. L’hommage poignant à André Gondet, Héros de la Résistance

 

Jamais, une cérémonie commémorative n’avait attiré tant de monde à Bohal, selon André Piquet, le maire de la commune. Il faut dire que le contexte en était très particulier. En ce 11 novembre, ce sont les victimes de la 1ère guerre mondiale qui était d’abord honorés avec la traditionnelle lecture du message ministériel et le dépôt de gerbes au monument aux morts de la commune dont les noms ont été égrénés par le maire. Et parmi ces noms, il y en avait un qui avait une résonnance particulière, celui d’André Gondet. Originaire de Bohal, ce dernier est mort, fusillé par les allemands, aux côtés du capitaine Marienne à Plumelec en 1944. C’est grâce à la pugnacité de sa petite-nièce que ce dernier est sorti de l’oubli. Stéphanie Trouillard journaliste spécialisée dans les deux derniers conflits mondiaux s’est battue pour retracer l’histoire de son grand-oncle et a obtenu de la commune de Bohal qu’une rue soit baptisée à son nom. Ce qui a été fait ce samedi matin au cours d’une deuxième cérémonie consacrée à ce véritable héros de la Résistance. Et André Gondet méritait bien cet hommage à la fois simple et extrèmement poignant. Car, il s’en est fallu de peu qu’André Gondet soit oublié à jamais. Lui qui, à 23 ans avait choisi de prendre les armes pour se battre contre l’envahisseur, pour défendre les valeurs de la république aurait pu tomber à jamais dans l’oubli.

Lorsque les allemands renseignés par des traitres français ont investi la ferme à Plumelec, ils ont laissé derrière eux des cadavres anonymes. C’est un témoin qui a reconnu par hasard André Gondet alors que celui-ci allait être enterré dans une fosse commune. Mais il faudra encore des années et le combat de Stéphanie Trouillard pour que la mémoire de ce Résistant modeste ressorte au grand jour. Ce samedi matin, le député Paul Molac, mais aussi le sénateur Jacques Le Nay étaient présents pour participer à cette cérémonie poignante. Les membres de l’association de reconstitution du camp de la Nouette participaient également à cet hommage ainsi qu’une délégation des sapeurs-pompiers et des représentants des autorités militaires. Mais c’est la présence des écoliers de Bohal qui a sans doute été l’évènement le plus marquant de cette matinée, surtout quand ils ont interprété le champs des Partisans, l’hymne de la Résistance Française. Un moment d’intense émotion au cours duquel on a vu couler des larmes sur les joues des participants. Stéphanie Trouillard, la petite-nièce d’André Gondet a dévoilé la plaque rappelant le nom et l’histoire de son grand-oncle.

Désormais, André Gondet a retrouvé la place qu’il mérite dans sa commune d’origine, mais aussi dans la mémoire collective, pour que personne n’oublie jamais le sacrifice de ces concitoyens qui un jour ont su dire non au joug de l’envahisseur, qui ont payé de leur vie notre liberté d’aujourd’hui. Un exemple qui devrait être médité, tout simplement pour que ces héros de l’ombre puissent être fiers de l’usage que notre société fait de ce cadeau qu’ils nous ont fait au prix de leur sang…


'Bohal. L’hommage poignant à André Gondet, Héros de la Résistance' n a pas de commentaires

Soyez le premier à commenter cet article !

Voulez-vous laisser un commentaire ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.