Accueil / Ploërmel Communauté / Pays de Josselin / Val d'Oust / La Chapelle-Caro. Crématorium : début des travaux à l’automne

Val d'Oust

Publié le 9 janvier 2017

La Chapelle-Caro. Crématorium : début des travaux à l’automne

Les travaux du crématorium devraient commencer en septembre-octobre. C’est ce qu’a annoncé dimanche matin Michel Guégan, le maire du Val d’Oust lors de la cérémonie des voeux qui se déroulait à La Chapelle-Caro. L’enquête publique devrait être lancée en février. “C’est un projet porteur pour tout le territoire”, a insisté Michel Guégan en rappelant que 53 personnes ont pris des actions pour permettre le financement de ce projet. Face à lui se trouvait Patrick Le Diffon, le maire de Ploërmel ville dans laquelle existe aussi un projet de crématorium, concurrent. “Peu importe le lieu. Que ce soit à Ploërmel ou que ce soit chez toi, pour moi c’est pareil. ce qui importe c’est qu’on ait un dispositif de crémation sur le secteur. Je suis très sensible à cela”, a répondu Patrick Le Diffon exprimant toutefois des réserves sur le mode de “portance” (une société d’économie mixte a été constituée à La Chapelle-Caro)“On en discutera, on verra comment on peut améliorer les choses de l’un par rapport à l’autre. Il y aura certainement quelque chose qui aboutira”, a poursuivi Patrick Le Diffon. Présente dans l’assistance, Chantal Crenol, présidente de l’association des crématistes du Morbihan s’est réjouie de ce projet qui permettra l’existence d’un 4è crématorium dans le département. Elle a souhaité la mise en place d’un plan départemental. Elle participera à une réunion publique, le 28 janvier prochain à La Chapelle-Caro (à 15 h 30 à la salle des fêtes).

Michel Guégan a souligné la bonne santé démographique de La Chapelle-Caro qui a enregistré 21 nouveaux permis de construire depuis 2015. “Pour une commune de 1400 habitants, c’est un gage de réussite en matière d’accueil”. Le projet prioritaire de 2017 sera la réalisation de l’école publique, qui se heurte à des difficultés d’acquisition de terrains. Les travaux d’aménagement du bourg devraient être terminés à la fin de l’année. L’un des temps forts de ce dossier sera le déplacement du monument aux morts. L’ouverture des appels d’offres a permis à la commune de constater une économie de 25% par rapport aux prévisions, et donc d’aboutir à un résultat optimal. Au programme de l’année 2017 figure aussi l’amélioration de la liaison entre La Chapelle-Caro et Le Roc-Saint-André. “Un dossier urgent”, souligne Florence Prunet, conseillère départementale qui rappelle que cette route est empruntée chaque jour par 5400 véhicules dont 10% de poids lourds.

Intercommunalité et commune nouvelle étaient aussi au menu de ces voeux. “C’est un pari sur l’avenir que nous allons mener ensemble. On va apprendre à travailler ensemble, à marcher ensemble”, souligne Michel Guégan, maire du Val d’Oust, nouvelle commune née de la fusion de La Chapelle-Caro, Le Roc-Saint-André et Quily. Mais déjà cette mutualisation aurait permis une économie de 10 000 euros par an sur les assurances, a souligné Michel Guégan. Et le Val d’Oust a aussi choisi de rejoindre Ploërmel communauté dont elle devient la 3è plus importante commune. “Nous sommes ici dans le berceau des communautés de communes en France. Nous arrivons à Ploërmel communauté qui compte 32 communes”, constate Michel Guégan. “On a la chance d’avoir un pôle important avec la ville de Ploërmel qui doit pouvoir se développer. Mais cela ne doit pas empêcher chaque commune d’avoir une dynamique. Il faut une politique ambitieuse pour le territoire, harmonieuse avec un développement des transports et de la mobilité”, souligne-t-il.

Un avis partagé par Patrick le Diffon qui considère que Ploërmel doit assurer une forte présence afin de tirer “l’ensemble vers le haut”. Pour Paul Molac, le député, la création de ces grandes intercommunalités était indispensable pour constituer des entités capables de peser face à la région, désormais interlocutrice des intercommunalités. Le député a estimé qu’un rebond économique était perceptible dans le pays, notamment dans le bâtiment, l’industrie mécanique, mais aussi chez Doux “qui fait de l’argent”. Il a exprimé cependant son inquiétude pour le monde agricole et appelé à une union syndicale et politique pour pouvoir aborder dans les meilleurs conditions les négociations européennes.

Une médaille de bon goût

Paul Molac a fait mouche, dimanche matin en sortant de sa poche une médaille de l’Assemblée nationale qu’il a offerte à Michel Guégan. Ce n’est pas la première distinction que reçoit ce dernier, mais celle-là lui aurait presque arraché une larme. Car Paul Molac a eu le bon goût de faire inscrire à son dos, “Michel Guégan, fondateur de la première communauté de communes de France”.

 

Tags :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Articles similaires