Accueil / Oust à Brocéliande / Malestroit. Le conseil de l’Europe découvre la nurserie numérique

Oust à Brocéliande

Publié le 2 septembre 2016

Malestroit. Le conseil de l’Europe découvre la nurserie numérique

DSC_0025 (1)

C’est en « ami de plus de trente ans » que Jean-Claude Frecon, sénateur de la Loire et président du congrès des pouvoirs locaux et régionaux de l’Europe (CPLRE), a répondu à l’invitation de Michel Guégan, maire du Val d’Oust. Après avoir visité la commune nouvelle du Val-d’Oust, Jean-Claude Frecon a fait le détour par Malestroit et son incontournable Nurserie numérique, ce vendredi matin. Mais au fait, c’est quoi le conseil de l’Europe? « Il ne faut pas confondre conseil de l’Europe et union européenne, précise Jean-Claude Frecon. Le conseil de l’Europe a été créé en 1949 avec pour objectif de défendre les valeurs morales et philosophiques pour maintenir la paix ». Le conseil de l’Europe est une instance de réflexion qui apporte des recommandations à l’union européenne autour de trois grands axes : les droits de l’homme, la démocratie et l’Etat de droit. Elle se compose deux chambres, dont une, le Congrès des pouvoirs locaux et régionaux du Conseil de l’Europe (CPLRE) est donc présidée par Jean-Claude Frecon. Composée de 648 élus locaux elle représente 200 000 collectivités de 47 pays européens et se préoccupe de l’évolution du tissus locales de chaque pays. Ses représentants se déplace partout en Europe pour analyser et comprendre les mutations qui s’opèrent sur le terrain. C’est le cas en France avec les différents regroupements qui sont actuellement mis en oeuvre que ce sont au niveau des communes que des intercommunalités. Et même si le CPLRE « encourage les processus de décentralisation et de régionalisation ainsi que la coopération transfrontalière entre les villes et les régions », Jean-Claude Frecon se montre critique vis à vis du processus Français. « Je ne suis pas pour ce qui est imposée. Ce sont aux élus locaux de faire leurs choix. Actuellement, il y a trop de choses qui sont improvisées, le carcan législatif est trop pesant », analyse-t-il.

 

Un expert des collectivités locales, qui s’est déclaré « soufflé » par la découverte de la Nurserie numérique, une première pour lui. La présentation de certains des activités  portées par les membres de la nurserie numérique ont renforcé sa stupéfaction que de tels projets puissent se développer en zone rurale. Jean-Claude Frecon devait poursuivre sa visite par la Maison des Lapins Crétins.

 

DSC_0019

 

 

 

1 commentaire "Malestroit. Le conseil de l’Europe découvre la nurserie numérique"

  1. il n’en reste pas moins vrai que cet homme est charmant ! et son épouse également – dommage encore une fois que QUILY soit exclu de tous commentaires – pas de photos des « visites » et peut être aurons nous la chance d’entendre « parler » de l’inauguration de la maison de la santé au ROC – là encore les élus se sont mobilisés pour être présents et recevoir le nouveau médecin avec cordialité

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Articles similaires