Accueil / Ploërmel Communauté / Pays de Ploërmel / Ploërmel / Ploërmel. San’Jyla : une page du dernier chapitre écrite au Thy’roir !

Publié le 10 avril 2016

Ploërmel. San’Jyla : une page du dernier chapitre écrite au Thy’roir !

Ils sont neuf et font la route ensemble depuis 15 ans. Fin 2015, ils ont annoncé qu’ils entamaient leur dernière année. Ils étaient au Thy’roir vendredi soir, à l’invitation de l’association Le Pied dans l’son. Rencontre avec cinq musiciens.SANJYLA

De gauche à droite : Goulven, Nino, Pierre, Sébastien, Alex, vendredi soir, avant leur prestation. (Aurel, Maël, Jean-Noël et Jean-Charles absents sur la photo).

-Pourquoi vous arrêtez ?

Nino. Hey, aaah… On a une longue histoire ensemble, on a un peu bouclé la boucle et les emplois du temps sont assez difficiles à organiser ! Mais ça va nous manquer, c’est sûr.

Pierrot. On a beaucoup appris. Plus de 400 concerts !

Goulven. Plus près de 500 !

– Justement, quel est celui qui vous a le plus marqué ?

Nino : Oh, il y en a eu plusieurs ! Moi je dirais : le plus prestigieux, le Nouveau Casino de Paris en 2013.

Pierrot : Je garde un très bon souvenir du Pont du Rock. On devait jouer en ouverture mais le public ne pouvait pas rentrer sur le site car il avait beaucoup plu. Alors les organisateurs nous ont demandé si on voulait jouer ou si on attendait que le problème de boue soit réglé… mais avec cette solution, on n’aurait joué que deux morceaux ! J’ai adoré la décision qu’on a prise : on a joué comme s’il y avait 2.000 personnes ! Il y a deux positions, on et off !

Nino : Ah moi quand même haut la

afficheSJ
« Dernier tour de piste » : annoncé sur la page facebook du groupe le 16 octobre 2015.

main, les sorties d’albums à l’Asphodèle, devant nos proches et des gens qui nous suivent. On en sort contents et épuisés ! On a fait entre 700 et 900 personnes à chaque fois. Même mon instit de CP !

Goulven : Et il y avait le jeu de lumière de Frédéric Quilly, ça fait une ambiance !

-Dans San’Jyla, qui compose, qui écrit ?

Goulven : C’est varié, c’est collectif !

Nino : à la base, c’est un groupe d’ados* qui a envie de faire de la musique, avec insouciance. Certains étaient au lycée ensemble. Avec le temps, le groupe s’est structuré. Il y a plusieurs modes opératoires dans San’Jyla !

Pierrot : Chacun apporte sa pierre à l’édifice, ça peut partir dans tous les sens ! C’est qui nous attire un peu de critique mais qui rend l’aventure intéressante.

-Vous intervenez tous au micro, dans les concerts ?

Nino : Pierrot ne parle pas !

Pierrot : Dommage, on aurait bien plus de succès !

(rires)-Vous avez fait trois albums**, où les avez-vous enregistrés ?

Goulven : Le premier à la maison ! Chacun enregistrait sa partie chez soi.

Nino : Le 2e pareil, sauf la batterie pour une meilleure rythmique.

Pierrot : Et le 3e au studio du Faune, de Montauban-de-Bretagne, une vingtaine de jours de studio. On a voulu se faire plaisir !

Où pourra-t-on vous retrouver ?

Pierrot : Plusieurs membres font partie de la fanfare Ooz band (Jean-No, par exemple).

Goulven : Et toi Pierrot, tu joues dans Woy oy oy !

Pierrot : Je joue aussi dans le Mandibul orchestra, un orchestre d’insectes ! Je suis une coccinelle !

Nino : Et le saxophoniste de San’Jyla une mante religieuse !

Pierrot : Pour Maël, il y a aussi Kopernik. Et puis the Sunvizors (Alex, Nino, Jean-No), le Square system avec Auré et Jean-Charles, la Vilaine compagnie avec Goulven, Soul ‘n pepper (et la compagnie Engrenage).

-C’est donc la première fois que vous jouez ici ?

Nino : Oui, on a failli jouer une fois mais on n’avait pas pu car Alex s’était cassé le pied ! On se croise au bon moment : le retour des concerts au Thy’roir et la dernière année pour San’Jyla !

 

Alex8avril
Alex, le batteur, bon pied bon œil !

* « Les fondateurs du groupe ont donné leurs initiales à San’Jyla », précise Maël.

** « Reason of man », « Echos », « Premiers pas », en commande sur le site Internet du groupe. Vous y trouverez les dates de concert de San’Jyla avec notamment le 1er juillet à Malansac.

AvecJCclavieretJNadroite
Faire du reggae avec une énergie débordante ? C’est possible !
Ambiancegrotte
Sous la voûte du Thy’roir…
MaelAurel
Maël, saxo et chant.
Aurel
Aurel au micro.
Goulven
Goulven et Pierre.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Articles similaires