Accueil / Thématiques / Politique / Malestroit/Moréac. Florence Prunet analyse le budget départemental

Publié le 28 décembre 2015

Malestroit/Moréac. Florence Prunet analyse le budget départemental

Florence Prunet, conseillère départementale
Florence Prunet, conseillère départementale

Florence Prunet, adjointe au maire du Roc-Saint-André, conseillère départementale du nouveau canton de Moréac qui englobe celui de Malestroit est sur le point de boucler sa première année de mandat. Et cela dans une position particulière puisqu’elle fait partie du groupe minoritaire qui rassemble les élus de sensibilité de gauche. Ils sont 8 sur 42 élus. Un rapport de force très déséquilibré mais Florence Prunet ne se sent pas écrasée. « Nous voulons travailler dans un esprit très constructif avec la majorité et c’est ce qui se passe au quotidien. D’ailleurs nous sommes d’accord avec beaucoup de propositions… « , explique-t-elle. Elle vient de vivre le moment majeur de la vie du Département, à savoir le vote du budget. Elle en détaille les grandes masses financières : 93 M d’euros pour les personnes âgées, 90 M pour l’insertion et l’emploi. « C’est le seul budget qui a vraiment augmenté de plus de 9 millions d’euros… », commente-t-elle, évoquant le problème du RSA, un sujet politiquement consensuel au sein du Département. C’est le conseil départemental qui verse le RSA aux bénéficiaires, mais il n’a aucune action sur cette aide autre que d’en être le distributeur. « Dans cette affaire le Département n’est qu’un payeur et la pilule passe mal. Le RSA est une obligation légale et c’est l’Etat qui devrait y pourvoir… », explique Florence Prunet. D’ailleurs, c’est à l’unanimité que l’ensemble du conseil Départemental a voté une motion demandant que l’Etat prenne en charge le reversement de ce RSA.

Parmi les autres grands postes budgétaires figurent les personnes handicapées (76 M d’euros), un effort qui dénote « une politique volontariste dans la prise en charge des personnes handicapées », se réjouit Florence Prunet; la protection de l’enfance (64 M€); l’éducation (50 M€) et les routes (plus de 24 M€). « C’est un budget stable, la situation financière est saine avec une épargne de 30 M€, le Département n’augmente pas la pression fiscale… Le Morbihan fait figure d’exception », reconnait Florence Prunet. Le groupe minoritaire, -qui s’est abstenu sur le vote du budget- estime cependant que le département pourrait avoir une action plus forte dans le domaine de l’insertion en mettant notamment en place des systèmes individualisés. « Nous pensons qu’il faudrait peut-être une action plus ambitieuse, plus novatrice pou faciliter le retour à l’emploi », explique-t-elle, regrettant certaines conséquences de l’entrée en vigueur de la loi NOTRe qui se traduit notamment par la baisse des aides en faveur de l’habitat.

Après une phase de découverte du fonctionnement et des services du département, Florence Prunet se déclare déterminée à se plonger dans les dossiers locaux qui relèvent de l’action départementale.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Articles similaires