Accueil / Elections départementales / DEPARTEMENTALES. Moréac : pourquoi le binôme Berthevas/Caignard a perdu

Publié le 29 mars 2015

DEPARTEMENTALES. Moréac : pourquoi le binôme Berthevas/Caignard a perdu

La victoire du binôme de gauche constitué de Florence Prunet et Guënael Robin dans le tout nouveau canton de Moréac qui englobe l’ancien canton de Malestroit mérite d’être analysé en détail. Certes le binôme de gauche avait des atouts indiscutables. C’est notamment le fait que Guenaël Robin était le candidat sortant, que son remplaçant Alain Marchal, est maire de Sérent, la plus importante commune de l’ancien canton de Malestroit, que Florence Prunet est une élue appréciée du Roc-saint-André mais aussi qu’une partie de ce nouveau canton était plutôt une terre de gauche. Mais tout de même, la conjoncture nationale et départementale plutôt défavorable au pouvoir en place, la personnalité de Gaëlle Berthevas semblaient des atouts suffisamment solides pour faire basculer le canton de Moréac dans l’escarcelle de la majorité départementale. Il n’en est rien.

On pourrait penser que le contexte très particulier qui pèse sur la CCVOL et notamment les rivalités ait joué un rôle dans ce vote. Pas si évident que ça si on constate que le duo Berthevas-Caignard arrive en tête dans la plupart des communes de la CCVOL dont Malestroit (57,66%). Par contre, la gauche s’impose à Sérent (67%), au Roc Saint André (68%), à Bohal (61,45%), à Lizio (56,8%), à Saint-Guyomard (53,78%) et Saint-Marcel (51,72%). C’est donc sur le secteur de Moréac-Saint-Jean-Brévelay que le binôme de gauche a fait la différence.

2 commentaires "DEPARTEMENTALES. Moréac : pourquoi le binôme Berthevas/Caignard a perdu"

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Articles similaires