Accueil / Edito / EDITORIAL. « Je suis Charlie »

Publié le 8 janvier 2015

EDITORIAL. « Je suis Charlie »

DSC_2154

Il y a des jours où ce n’est pas facile de prendre la plume. Aujourd’hui, en est un. Sans doute le plus difficile de toute ma carrière. Ce qui s’est passé à Charlie Hebdo est épouvantable parce que des gens sont morts, mais aussi parce que avec eux, c’est un morceau de démocratie qui s’en va… Pas besoin d’en rajouter, tout a déjà été dit.

Je suis de ceux qui pensent qu’un journaliste est un citoyen comme un autre, mais qu’il détient une mission particulière et qu’il est à ce titre un des maillons de la chaîne qui fonde la démocratie. Certains ont donc bien compris qu’en brisant ce maillon, c’est le fondement même de notre société qu’ils fragilisent.

Voila pourquoi, aujourd’hui, je crois qu’il est important que les journalistes, individuellement, collectivement se fassent entendre et pourquoi pas, tout simplement en revendiquant ce slogan « Je suis, nous sommes Charlie ».

Ma carrière fait que j’ai vécu de très près, tous ces évènements qui au fil des années nous conduisent aux extrémités d’aujourd’hui. Le recul que j’ai pris me permet de constater que le mal est beaucoup plus insidieux qu’on ne le pense. J’entends les appels à l’unité nationale, j’entends les hommages qui fusent de toutes parts à la liberté d’expression, à la liberté de la presse. Mais ces fondamentaux s’appliquent à tout le territoire et il en va de la responsabilité de tous, même au plus profond de nos campagnes de les respecter, même si parfois, ça gratte un peu. Il nous appartient à nous, journalistes, de lutter pour la transparence, pour que nos concitoyens soient informés le plus complètement possible, partout, librement.

Gare aux apprentis-sorciers qui pratiquent la manipulation, tentent des amalgames douteux pour décrédibiliser la presse. Il ne suffit pas de faire l’éloge de la liberté de la presse quand des hommes et des femmes qui en étaient les symboles meurent sous les balles des terroristes. Elle doit aussi se pratiquer au quotidien, près de chez nous…

De toutes les interventions que j’ai pu entendre sur le drame de Charlie Hebdo, celle de John Kerry, le secrétaire d’Etat américain, prononcée en français, m’a particulièrement touchée, tant chaque mot sonnait juste. J’en retiens notamment la conclusion que je livre à la réflexion de tous : « Le pouvoir de la liberté d’expression vaincra contre l’obscurantisme ».

Jacky Guyon

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Articles similaires