Accueil / Oust à Brocéliande / Pays de Malestroit / Malestroit / Elections départementales. Gaëlle Berthevas et Etienne Caignard candidats

Publié le 16 décembre 2014

Elections départementales. Gaëlle Berthevas et Etienne Caignard candidats

GB EC

 

 

Elle avait affirmé ne pas avoir pris de  décision, même si elle avouait avoir été contactée. Au niveau des instances départementales de la majorité départementale, sa candidature ne faisait aucun doute. Le chant des sirènes a donc été le plus fort. Cette fois, c’est officiel, Gaëlle Berthevas, maire de Saint-Abraham est donc bien candidate aux élections départementales, sur le canton de Moréac qui englobe désormais le canton de Malestroit. Elle fait équipe avec Etienne Caignard, originaire de Saint-Jean-de-Brévelay. Voici le communiqué intégral que nous font parvenir les candidats.

« Après avoir bien mesuré l’importance du mandat que nous sollicitons, nous nous engageons avec notre équipe pour mettre toute notre énergie et nos expériences dans l’action et le soutien aux projets de ce nouveau canton, dans le cadre des domaines de compétences du conseil départemental.

Avec force et détermination, et une volonté de proximité, nous comptons mettre notre disponibilité à disposition des habitants de ce canton.
Les projets déployés et les travaux à engager doivent trouver un écho favorable et des appuis affirmés au sein de l’actuelle majorité départementale que nous représenterons pour cette élection.»
Gaëlle Berthevas,
36 ans, mère au foyer.

« J’ai décidé de répondre favorablement aux sollicitations et encouragements de différents élus du territoire en me portant candidate aux élections départementales des 22 et 29 Mars prochain.
Mon rôle de Maire de Saint Abraham et de 1ère vice-présidente de la Communauté de communes du Val d’Oust et de Lanvaux me permet d’être quotidiennement au cœur des préoccupations et des attentes des habitants de ce territoire rural et des forces économiques qui le composent. Depuis les dernières élections municipales (et même depuis 2008 en tant que première adjointe) mon temps est entièrement consacré à cet engagement.
Je ne parle pas ici d’engagement politique au sens strict du terme mais plutôt d’engagement territorial à savoir tout mettre en œuvre pour faire avancer collectivement un territoire en profonde mutation.
Je n’appartiens à aucun parti politique national et souhaite garder cette autonomie. Une sensibilité « divers droite » m’est certes reconnue mais ne m’empêche aucunement de conserver ma liberté de penser.
En cette période de réforme territoriale, de recul du service public, il me parait important de mettre en avant la notion de proximité. Celle-ci passe avant tout par l’échelle communale et intercommunale mais le département a son rôle à jouer dans le développement des solidarités. Et pour ce faire il doit accompagner les communes rurales que nous sommes.
Les futurs conseillers départementaux du canton de Moréac devront porter haut et fort les projets de développement devant l’assemblée départementale. Avec Etienne Caignard, nous aurons à cœur de le faire, nous serons ces relais indispensables des collectivités et des acteurs locaux. La force et la détermination qui nous anime et que nous avons acquis chacun à notre niveau au fil de notre expérience de vie nous permettront de faire entendre la voix de notre canton.
Etienne Caignard
61 ans, éditeur.

« J’ai été sollicité par des élus communaux et des conseillers généraux de l’actuelle majorité départementale, et encouragé également par des responsables économiques et associatifs à présenter ma candidature aux électeurs du canton de Moréac pour les élections départementales de mars 2015.
Ce nouveau canton est un territoire de vie et de travail qui m’est particulièrement familier. Depuis de nombreuses années j’y exerce en effet mon activité professionnelle que je vais cesser dans quelques jours.
Originaire de Saint Jean Brévelay où je réside, je suis en proximité privilégiée avec ce territoire où j’assume des engagements associatifs dans plusieurs domaines, sur le plan local, départemental et national.
Ils m’ont donné, depuis longtemps et avec constance, l’occasion de mettre en mouvement très solidairement la population de ce territoire, au-delà des clivages habituels. Pour l’avenir, les enjeux sont bien là aussi.
N’ayant pas de mandat électif communal, je suis sans parti pris, au service de tous. Je suis profondément convaincu que l’efficacité se mesure à l’intensité du travail collectif, dans la concertation, pour favoriser l’action.
C’est dans cet esprit, et avec les valeurs qui sont les miennes, humanisme et pragmatisme, que s’inscrit ma candidature avec celle de Gaëlle Berthevas, élue d’une commune rurale, emblématique de plusieurs localités du territoire de ce canton dont les atouts méritent d’être accentués.»

Le canton de Moréac

Ce canton regroupe les localités de St Jean communauté (8 communes) et de la communauté de communes du Val d’Oust et de Lanvaux (16 communes). Elargi par les nouvelles dispositions du décret du 21 février 2014, ce canton s’étend de Moréac à St Nicolas du Tertre et compte près de 34 000 habitants.

7 commentaires "Elections départementales. Gaëlle Berthevas et Etienne Caignard candidats"

  1. Au regard des résultats obtenus par Dame BERTHEVAS lors des dernières élections municipales sur St ABRAHAM 13 ème sur 15 élus.
    Comme on dit chez nous…. Les gens du peuple connaissent bien leur monde.
    Nous pouvons légitimement nous poser la question sur le bien-fondé de cette candidature.
    Attention de ne pas vouloir franchir les étapes politiques trop rapidement, la chute risque d’être amère.
    Vous me répondrez à juste titre que notoriété n’équivaut pas à compétence … mais tout de même !!!
    Nul n’est prophète dans son pays d’adoption, alors à l’échelle de ce nouveau canton les choses risquent d’être très compliquées.
    .
    A suivre…

  2. Je réagis aux propos des personnes qui ont commenté cet article.
    Spectatrice attentive de la vie dans votre petite région où je viens d’arriver, je vous trouve bien sévère avec une de vos concitoyennes.
    Peut-être faisiez-vous partie des personnes qui revendique la parité dans la représentation des femmes en politique ?
    Vous jugez bien injustement une jeune femme. Croyez-vous que les hommes qui l’entourent dans le microcosme local ont une attitude irréprochable ? Le contexte économique actuel et la mondialisation devraient inciter ceux-ci à dépasser leurs querelles de clocher pour travailler davantage de concert. Dernier exemple en date : l’arrivée du très haut débit présenté comme un évènement ponctuel alors que ce dossier a dû demander un travail d’anticipation des élus qui ont précédé celles et ceux qui sont en place.

    Il parait bien plus facile de juger que de prendre des responsabilités, bien plus facile de commenter que de s’engager…
    Je lui souhaite bien du courage.

    1. Chère Madame,

      Je souhaite rebondir sur vos propos un tant soit peu impétueux, vous vous positionnez en spectatrice attentive de la vie dans votre petite région en faisant malheureusement un amalgame déplacé sur la parité Homme/Femme. Je m’autorise à penser que vous êtes hors sujet.

      Vous citez également “ Vous jugez bien injustement une jeune femme “.
      Absolument pas chère Madame, simplement la vision partagée par le peuple au titre d’une pensée faisant partie intégrante de la liberté d’expression.

      Quant aux querelles de clocher, je vous invite à vous adresser à certains élus qui se complaisent dans le registre du paraître en occultant aisément les fondements de l’intercommunalité.

      “ Le Haut Débit “ je ne comprends pas votre incursion écrite, ai-je donné un avis sur cette avancée technologique ? Je vous laisse toutefois méditer cette citation d’Albert EINSTEIN qui disait “ Le mot progrès n’aura aucun sens tant qu’il aura des enfants malheureux “

      Vos propos ; “Il parait bien plus facile de juger que de prendre des responsabilités, bien plus facile de commenter que de s’engager ”.

      Je vous suggère de devenir ACTRICE, chère Madame.

      Enfin, à l’aube de cette période de fêtes, permettez-moi de vous souhaiter une merveilleuse année 2015 en espérant toutefois que vos jugements seront plus judicieux.

      Bien à vous.

      1. Vous qui vous vous dissimulez derrière le pseudo « récif »,

        Toute personne qui nous aura lu pourra aisément situer de quel côté se trouve le caractère impétueux voire violent des propos.
        Vous faites donc partie des personnes pour qui ne pas penser comme vous enlève toute capacité à avoir des jugements judicieux. Aussi, vos souhait et formule de politesse me paraissent-ils fort déplacés.

        Je préfère clore ici ce débat en espérant que vous puissiez, avec d’autres à l’avenir, avoir des échanges plus modérés.

  3. Chère BANCHEREAU

    Vous voulez clore le débat, très bien !!

    A vous lire, nous pourrions effectivement nous orienter vers une discussion stérile et nauséabonde… je ne le souhaite absolument pas.

    Mais vous m’obligez tout de même au regard de vos propos condescendants à vous poster un dernier message.

    Vous parlez d’échanges plus modérés, un peu de sérieux chère Madame :
    “ Prenez un peu de recul, refrénez votre affectif et votre agressivité lorsque vous écrivez, décompressez- vous, soyez plus objective, prenez de la hauteur ; je sais parfois toute vérité n’est pas bonne à dire“.

    Au surplus, vous vous autorisez à me positionner dans une quelconque caste ; très belle ouverture d’esprit.

    Vous savez chère Madame, la base même de la communication est l’écoute de l’autre, je pense humblement qu’il vous reste un long chemin pour y parvenir.

    Enfin vos leçons de morale m’importent peu, tant celles-ci sont mortifères.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Articles similaires