Accueil / Oust à Brocéliande / Ploërmel. La Région et l’Europe apportent de l’argent au « Pays »

Publié le 17 octobre 2014

Ploërmel. La Région et l’Europe apportent de l’argent au « Pays »

Patrick Le Diffon président du pays de Ploërmel a organisé une visite guidée du pays de ploermel, la Rando scot
Patrick Le Diffon président du pays de Ploërmel a organisé une visite guidée du pays de ploermel, la Rando scot

Voila une notion à laquelle il va falloir vous habituer, celle du Pays de Ploërmel-Coeur de Bretagne. Comment vous résumer simplement de quoi il s’agit? Disons que c’est d’une « structure » qui chapeaute 6 communautés de communes (*). C’est donc un échelon supplémentaire mais qui pourrait esquisser la future organisation territoriale. On sait que l’un des axes du projet de réforme teritoriale prévoit une fusion des communautés de communes, dont on voit bien au travers du « pays » quel contour géographique elle pourrait prendre. Pour l’instant, c’est un ensemble de communes qui ont décidé de travailler ensemble et qui découvre peu à peu quels pourraient être leurs intérêts communs.

Mais qu’on ne s’y trompe pas, cette structure pourrait très vite impacter notre vie quotidienne. La première étape sera sans doute le choix du SCot (Schéma de cohérence territoriale), un outil de planification qui concerne un très large bassin. Les Scot remplacent les anciens schémas directeurs d’aménagement qui ont façonné les régions françaises. Aujourd’hui, le Scot pourrait être mis en oeuvre par le Pays et aura pour rôle de fixer les différents pôles de développement économiques, démographiques, les infrastructures routières.

Et bien sur, ce document pèsera sur les règles d’urbanisme locales et donc, par exemple, vos futures demandes de travaux, de permis de construire. Très récemment Patrick Le Diffon maire de Ploërmel et président du pays de Ploërmel a organisé une « rando scot » à laquelle participaient les représentants des 6 communautés de communes. Un périple d’une journée pour visiter quelques sites emblématiques de ce territoire qui couvre 1240 km2 et concerne 55 communes. « L’aménagement d’un territoire à cette échelle, ne doit pas rester abstrait. Il est primordial de visualiser, de s’imprégner concrètement des spécificités du territoire, notamment en ce début de mandature avec de nouveaux élus… », nous expliquait Pierrick Allard, le directeur du syndicat mixte Pays de Ploërmel-Coeur de Bretagne dont le comité syndical s’est réuni en assemblée générale jeudi soir à Ploërmel.

La Région gère les fonds européens

 

Cette réunion confirme un peu plus l’évolution d’une nouvelle organisation, au travers du sujet principal, l’examen du contrat de partenariat 2014-2020. Ce contrat est passé entre d’une part, une entité formée de l’Europe et de la Région et d’autre part le Pays de Ploërmel. Car c’est une nouveauté, la Région gère désormais les fonds européens venant de deux sources, le FEADER qui est  traditionnellement réservé aux zones rurales et le FEDER qui est plutôt destiné aux zones urbaines et dont va bénéficier pour la première fois le pays de Ploërmel. A cela s’ajoute la volonté de rassembler les financements venant des collectivités et notamment de la Région pour donner plus de force à ce dispositif.

Pour Patrick Le Diffon, ce contrat de partenariat « sera demain notre « fil rouge » pour accompagner le développement de ce territoire ». Mais s’il s’agit « d’un outil important, voir primordial »…/… »il ne doit rester qu’un outil parmi d’autres. L’avenir et le développement du Pays de Ploërmel Coeur de Bretagne ne peut dépendre que de ce levier. A nous, collectivement, d’articuler intelligemment l’ensemble des moyens, des énergies, des initiatives que nous disposons », a-t-il prévenu.

A quoi va servir l’argent?

Béatrice Le Marre, conseillère Régionale référente du Pays de Ploërmel, a présenté les modalités du partenariat. Patrick Le Diffon a, quant à lui, résumé les grandes lignes d’un projet élaboré par l’ensemble des communautés de communes.

Première priorité. C’est le quotidien. « Il s’agit de nos coeurs de bourgs qu’ils soient petits ou plus gros, mais aussi ce qui compose ces centralités, notre habitat. Notre histoire, nos histoires se construisent autour de la place du village. Place parfois entourée de maisons vacantes, maisons délabrées, aménagement laissant peu d’espace pour l’échange, des circulations rendues difficiles pour les personnes vieillissantes. Nous nous devons d’accompagner les initiatives locales pour améliorer la qualité et l’attractivité de nos bourgs. Tout comme, nous devons oeuvrer ensemble pour lutter contre la précarité énergétique des habitations. Ce premier volet doit nous donner un levier, et donc un véritable espoir, à cet enjeu de la revitalisation des centralités des 55 communes du Pays de Ploërmel ».

Deuxième priorité. « Il convient de renforcer l’attractivité et le maintien du bassin de vie de Ploërmel au travers de véritables équipements structurants. C’est ainsi que nous pourrons renforcer notre armature urbaine et continuer à inscrire le Pays de Ploërmel dans le paysage régional. Mais cela n’est possible qu’à une condition : offrir ses services et équipements de qualité à l’ensemble des habitants du territoire. Il nous faut donc travailler à la mise en place de solutions innovantes et opérationnelles, pour encourager les mobilités et les déplacements. »

Troisième priorité. Il s’agit d’encourager le développement endogène (ndlr : un développement qui vient de l’intérieur du pays). « A l’image du dispositif Vivendi, celui-ci a permit la création de plus 450 emplois en 4 ans. Nous devons poursuivre dans cette voie à savoir l’économie endogène. C’est d’autant plus vrai pour l’agriculture et l’Industrie Agroalimentaire qui sont durement touchées et que nous devons accompagner dans ces prochaines années. La mission de veille prospective nous rendra ses conclusions d’ici 6 mois. Pour terminer, nous avons souhaité mobiliser une enveloppe pour accompagner le ciment de nos territoires, à savoir les initiatives locales et la vie communale. Je m’attache à ce que chaque commune puisse être accompagnée demain dans son développement »

 

(*)Communauté de communes du Val d’Oust et de Lanvaux : 16 communes et 18 339 habitants

Communauté de communes du Pays de Guer : 6 communes et 10 217 habitants

Communauté de communes de Mauron en Brocéliande : 7 communes et 5 672 habitants

Communauté de communes du Porhoët : 6 communes et 5 462 habitants

Communauté de communes de Ploërmel : 7 communes et 15 119 habitants

Josselin Communauté : 12 communes et 11 766 habitants

Et la commune de Beignon qui compte 1 535 habitants

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Articles similaires