Questembert. La Renouée du Japon invasive et témoin de pollution

Renouée du japon (illustration)

Renouée du japon (illustration)

Lors du dernier conseil municipal, qui s’est tenu lundi soir, Paul Paboeuf, l’ancien maire aujourd’hui dans l’opposition a attiré l’attention de la municipalité sur la présence de Renouée du Japon dans trois endroits de Questembert, indiquant qu’il en avait détecté un quatrième…

Alors, c’est quoi la Renouée du Japon? C’est une plante originaire d’Asie qui a été introduite danse différents pays du monde et notamment en Amérique et en Europe où elle est considérée comme l’une des principales plantes invasives. Elle est d’ailleurs inscrite sur la liste des 100 espèces invasives les plus préoccupantes au monde.

Elle a pour particularité une capacité exceptionnelle de propagation grâce à ses racines qui peuvent atteindre 10 mètres de long ou tout simplement par un fragment de rhizome. Elle est présente sur de nombreux sites en Bretagne et donc dans le Morbihan. Elle est, on s’en doute, extrêmement difficile à éradiquer. Le mieux étant d’être très vigilant et d’intervenir systématiquement le plus tôt possible après un début de colonisation par arrachage.

Elle prolifère dans les zones humides, mais vous la trouverez aussi le long des voies ferrées par exemple ou sur d’anciens sites industriels, des décharges. Et ce n’est pas un hasard. La Renouée du Japon, sur le plan botanique est considérée comme une « plante pionnière », c’est à dire qu’elle fait partie de ces végétaux capables de s’installer sur des zones hostiles. Elle a la capacité par exemple de pousser sur des coulées de lave récentes, très riches en métaux…

La présence de Renouée du Japon signale souvent des terres polluées par des métaux, d’ou sa présence fréquente le long des voies ferrées où le frottement des roues métalliques des trains contre les rails provoque un apport excessif de déchets métalliques dans le sol. C’est donc un indicateur de la dégradation des sols…


'Questembert. La Renouée du Japon invasive et témoin de pollution' n'a pas de commentaires

Soyez le premier à commenter cet article

Voulez-vous commenter ?

Votre adresse e-mail ne sera pas affichée

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.