Accueil / Départementales 2021 / Départementales 2021. Les leçons du 1er tour

Départementales 2021

Publié le 21 juin 2021

Départementales 2021. Les leçons du 1er tour

Dépouillement à Moréac, dimanche soir

Ce lundi 21 juin, jour de la fête de la musique, c’est aussi branle-bas de combat dans les Etats-Majors politique au lendemain du 1er tour des élections Départementales. Il s’agit d’analyser, de décortiquer les résultats afin d’élaborer une stratégie en vue du 2è tour. Le temps presse, car les candidatures devaient être déposées ce lundi soir à la préfecture.

Abstention

C’est le maître mot de ce premier tour et l’énigme du second. Car ces abstentionnistes du premier tour détiennent la clé qui débouchera sur un poste de conseiller départemental dimanche prochain. 65% en moyenne: leur nombre est si important que toutes les hypothèses sont permises et que leur attitude est à même de renverser la quasi totalité des situations.

L’autre phénomène marquant, c’est le score du Rassemblement National dont on pensait qu’il pourrait bousculer la hiérarchie du 1er tour. Même si le RN confirme son implantation sur le territoire, il n’a pas fait exploser les compteurs. Et cet électorat insaisissable jouera aussi un rôle dimanche prochain. Il peut tout aussi bien grossir les rangs des abstentionnistes, que faire pencher la balance dans un camp ou l’autre.

Canton de Questembert

L’incertitude est donc de mise car un ressaisissement de l’électorat n’est pas impossible. Ce n’est d’ailleurs sans doute pas un hasard si le maire de Questembert, Boris Lemaire arrivé largement en tête et donc en position très confortable montait cependant au créneau dès ce lundi matin pour réclamer un débat public avec ses adversaires qu’il devance pourtant de 1500 voix. Mais à l’image des vieux briscards de la politique, pour qui chaque voix compte, il ne néglige pas la menace potentielle des 17 400 abstentionnistes et dès ce soir tenait une réunion publique.

Canton de Ploërmel

Sur le canton de Ploërmel, le binôme du RN -Agnès Richard et Gilles Roussilon- se retrouve en 3è position -et c’est un duel entre le binôme des sortants, Michel Pichard et Martine Guillas-Guérinel qui se profile. Les sortants sont arrivés en tête mais sont talonnés d’assez près par la nouvelle génération incarnée par le duo Hania Renaudie-Nicolas Jagoudet. Un peu plus de 300 voix seulement les séparent. Alors, certes, le fait d’arriver en tête constitue un avantage psychologique. Mais avec le potentiel des 18 000 abstentionnistes ouvre la porte à tous les scénarios. Il s’agit désormais pour les candidats de mobiliser leur électorat potentiel. Ce mardi matin, Hania Renaudie et Nicolas Jagoudie préciseront leur stratégie dans une conférence de presse.

Canton de Guer

La situation est similaire sur le canton de Guer, au bénéfice du binôme constitué par Marie-Hélène Herry et Thierry Poulain qui arrive en tête avec un peu moins de 500 voix d’avance sur celui de Yannick Chesnais et Mickaëlle Piel. La particularité, c’est que ces deux binômes ont le soutien de David Lappartient, chef de file de la majorité départementale et qu’ils peuvent tous les deux se maintenir au 2è tour. La primaire aura donc été jusqu’au bout. Avec également un potentiel de près de 20 000 abstentionnistes sans compter les 2000 voix qui se sont partagées entre les deux autres binômes candidats, là encore toutes les options sont sur la table…

Canton de Moréac (Malestroit)

La situation est différente sur le canton de Moréac (qui englobe l’ancien canton de Malestroit) où le binôme de la majorité départementale (Christelle Marcy et Pascal Roselier) est très largement distancé par celui constitué par Rozenn Guégan -qui était déjà candidate aux côté de son père en 2015- et Stéphane Hamon. 1500 voix séparent les deux binômes et même si le nombre d’abstentionnistes est là aussi très important, le retard semble bien difficile à rattraper. “Comme tous les candidats on a été desservis par le taux d’abstention et on n’a peut-être pas assez montré que nous sommes des élus de terrain, pour ma part depuis 2008. Et on a fait quelques erreurs de débutants…”, plaide Christelle Marcy qui exprime la détermination de son binôme à ne pas baisser les bras. “C’est un 2è tour, donc on remet les compteurs à zéro. Nous allons nous battre pour convaincre les abstentionnistes d’aller voter dimanche. On remet tout à plat…”, détaille-t-elle, expliquant que plusieurs élus du territoire lui ont signifié leur soutien. “Et puis, on travaille aussi avec David Lappartient”, ajoute-t-elle. Mais avec son binôme, elle dénonce le manque de clarté de leurs opposants sur leur positionnement politique leur reprochant d’entretenir un flou ambigü. Dans la présentation de leur candidature, Rozenn Guégan et Stéphane Hamon -qui n’ont pas répondu à notre demande de réaction- affirmaient que “notre candidature est également motivée par l’opportunité de proposer un choix élargi, faisant fi des appartenances politiques”. Or, le ministère de l’Intérieur les a classés dans la catégorie “DVG” (divers gauche). “Ils doivent préciser les choses”, dit-elle.

Mais ce vote a peut-être des motivations plus profondes, sur fond de rancoeur persistante des habitants de l’ex-CCOVL (communauté de communes de Malestroit) à l’écart des autres composantes de la nouvelle communauté de communes (OBC), Guer et La Gacilly. Et ces électeurs qui voient d’un mauvais oeil la suprématie de ces voisins sur leur territoire, ont peut-être mal accepté le soutien apporté par le président de l’OBC à sa vice-présidente, Christelle Marcy. Et si c’est le cas, ce handicap là, il est irrattrapable…

4 commentaires "Départementales 2021. Les leçons du 1er tour"

  1. En effet M Guyon , j’apprécie votre analyse concernant le canton de Moréac et non Moréac- Malestroit! Au fait que vient faire le maire de Guer , président OBC, canton de Guer, pour s’immiscer dans la cantonale de Moréac? si ce n’est pour s’assurer de la bienveillance de sa vice présidente OBC (qu’il a nommée) , en cas de besoin . Il oublie que tous les électeurs du canton de Moréac n’ont pas besoin d’être tuteurés, pas comme à OBC: le doigt sur la couture , sinon….

    1. Bonsoir, les VP sont élus par le conseil communautaire et non nommés .
      La bienveillance n’empêche ni le sens de la répartie, ni l’opposition encore moins la réflexion pour le meilleur service rendu à l’usager…

  2. Election des VP par le conseil communautaire ! parlons en, oui en théorie mais comment se fait-il que les noms deTOUS les VP ,je dis bien TOUTES et TOUS ainsi que les conseillers délégués sont connus dans la semaine précédant cette “simili” élection et dans l’ordre, y compris le nom du repêché ( au bord de l’OUST) de dernière minute ??
    Demandez donc à ceux qui ont osé se présenter sans avoir été nominés, ex: St Marcel, Augan, St Martin s Oust … ce qu’ils en pensent.
    Avec de tels procédés, il est évident que tous les nommés savent à qui ils doivent leur poste et après ce sont les mêmes qui s’étonnent d’un tel niveau d’abstention , qu’ils méditent !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Articles similaires