Retrouvez Les Infos du Pays Gallo sur : 3,95K 10K 840 241

Accueil / Ploërmel Communauté / Ploërmel. Les Indes Bleues en visioconférence le 25 mai

Ploërmel Communauté

Publié le 23 mai 2021

Ploërmel. Les Indes Bleues en visioconférence le 25 mai

Le conférencier, passionné d’histoire, Kevin Lognoné invite le public le mardi 25 mai à 13 heures, à le rejoindre ! Il animera une visioconférence sur la présentation des ardoises exportées par voie maritime…

Avant…

Partout en Europe, l’ardoise soufflait un vent de modernité sur les toits dès le  XVIIème siècle. Plus encore en Angleterre, depuis la reconstruction de Londres qui fut victime d’un violent incendie de 3 jours, en septembre 1666, qui détruisit 80% de la ville.

“On associait en Angleterre les ardoisières aux Indes Bleues et on comparait la richesse des Indes occidentales et celles des carrières d’ardoises dont les plaques de schistes et les pétales étaient exportées à Londres.” explique Kevin Lognoné.

Pendant plus d’un siècle, le sous-sol de Ploërmel et sa carrière à Cô (ou Caux) ont exploité l’ardoise et en ont produit des millions…

Aujourd’hui…

Ce voyage de l’ardoise continue d’exister de nos jours. Les ardoises photovoltaïques colorées du Pavillon France, pour l’Exposition Universelle de Dubaï (du 1er octobre 2021 au 31 mars 2022), ont été inspirées par la série des œuvres : les Nymphéas, réalisées par le peintre impressionniste français Claude Monet (1840-1926).

Histoire des ardoisières de Ploërmel :

Situées sur d’anciennes landes, route de la Gacilly, les ardoises sont exploitées à partir de 1840 par différents propriétaires de parcelles. Ce sont les familles Herpe et Ubermuhlen qui fondent le premier site de l’ardoisière ; Mathurin Guilmet exploite le terrain de Jean Perrichot en 1855 ; Jacques Grospin et Jean-Louis Chefd’or ouvrent une ardoisière à ciel ouvert sur la propriété de Marie-Françoise Jourdan en 1860 et l’exploitent pendant 2 ans…

Une excavation mesure 2,70 mètres de long, 2,30 mètres en largeur et 6,70 mètres de profondeur. Les blocs de schiste sont transformés en ardoises pour les toitures.

Il faut également pomper l’eau qui sort de la nappe phréatique. Dès 1893, cette eau rejoint un château d’eau rue de Redon à Ploërmel. Il permet d’alimenter la ville en eau.

A partir de 1900, les Ardoisières sont exploitées à l’aide de 3 machines à vapeur qui servent à mouvoir les treuils des carrières. En 1906, seul Bernard Le Coroller exploite à ciel ouvert.

Mais en 1909, un grave effondrement provoque l’engloutissement de 2 maisons et la mort d’un habitant. L’excavation mesurait 115 m de profondeur sur 12 mètres !

Bernard Le Coroller exploite encore de 1911 à 1925, de manière souterraine (60 m de profondeur maximum).

En 1927, c’est la Commission des ardoisières d’Angers, qui exploite le site et le développe de manière industrielle à l’aide de machines plus modernes. Le gisement de Cô est constitué d’une veine verticale de 20 mètres de large. Le matériau exploitable se trouve à partir de 25 mètres de profondeur : c’est du schiste de Briovérien.

L’ardoisière crée des embauches. En 1930, elle emploie 60 ouvriers locaux. En 1932, une société de secours est créée. Des clôtures défensives sont installées autour des puits fermés par des trappes de madriers, clouées sur des traverses. Après la seconde guerre mondiale et ses bombardements, la production est fructueuse, car il faut reconstruire.

Mais vers la fin des années 1970, l’exploitation devient difficile et fragile, en raison des infiltrations d’eau et la société des Ardoisières d’Angers refuse de poursuivre, en raison des risques.

L’exploitation prend fin le 18 juillet 1980, malgré les manifestations organisées par les salariés à Ploërmel…

INFOS PRATIQUES :

Visioconférence “Les ardoises exportées par voie maritime!” : mardi 25 mai à 13 h

Animée par Kevin Lognoné

La participation est gratuite et ouverte à tous, via le lien zoom :

https://us04web.zoom.us/j/73753392176?pwd=ZGNDQzZyaGNYcVlWellrbSs0M3JGdz09

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Articles similaires