Malansac-Rochefort-en-Terre. Projet d’éolien: le pourvoi admis en cassation

L’association Bien Vivre à la Campagne ainsi que la S.P.P.E.F. (Société pour la Protection des Paysages et de l’Esthétique de la France) ont porté un pourvoi en cassation à l’encontre de l’arrêt de la Cour Administrative d’Appel du 28 février 2020 autorisant le projet d’un parc éolien à Malansac proche de Rochefort en Terre. Le Conseil d’État vient de les informer de l’admission de leur pourvoi en cassation.

Le président, Joseph Roudaut, et les deux vice-présidents Jean-Michel Vidus et Bertrand Burban, se félicitent de cette décision.  « C’est une première étape mais c’est une bonne nouvelle car cela signifie que, pour le Conseil d’Etat, le pourvoi comporte au moins un moyen sérieux qui mérite d’être débattu. Notre affaire est désormais mise à l’instruction contradictoire », commente le président. La requête déposée au Conseil d’État s’appuie sur l’avis défavorable émis par l’Architecte des Bâtiments de France, l’avis réservé par la Direction Départementale des Territoires et de la Mer ainsi que les nombreuses remarques de l’Autorité environnementale. L’association souligne l’avis défavorable des deux conseils municipaux de Malansac et de Pluherlin ainsi que les 80 % d’oppositions au projet lors de l’enquête publique. Elle met en avant les arguments sur les nuisances pour les 150 maisons situées dans un rayon de 1 500 mètres ainsi que l’atteinte aux paysages reconnus pittoresques et emblématiques. Pour Jean-Michel Vidus, les nuisances sonores sont aujourd’hui reconnues, comme récemment pour le parc éolien d’Echauffour dans l’Orne mis à l’arrêt par la préfecture. “Ce projet est insensé car il vient en contradiction avec la vocation touristique de ce territoire soulignée par le PLUi qui vient d’être adopté par la communauté de communes de Questembert. Même le secrétaire général de la préfecture, sous-préfet de l’arrondissement, avait indiqué, lors de l’inauguration du complexe touristique du Moulin Neuf, la véritable « pépite » que représentait l’environnement du secteur et qu’il convenait de le protéger. Nous regrettons que ces avis ainsi que ceux des habitants n’aient pas été pris en compte”. L’association ne peut se félicite de cette admission qui regroupe les habitants des communes de Malansac, Rochefort-en-Terre, Pluherlin et Limerzel. Elle les conforte dans l’espoir d’une décision favorable du Conseil d’État qui empêcherait la réalisation du parc éolien au lieu-dit de Carpehaie.

De gauche à droite: Bertrand Burban, vice président. Joseph Roudaut, président et Jean-Michel Vidus, vice président


'Malansac-Rochefort-en-Terre. Projet d’éolien: le pourvoi admis en cassation' n'a pas de commentaires

Soyez le premier à commenter cet article

Voulez-vous commenter ?

Votre adresse e-mail ne sera pas affichée

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.