Accueil / Questembert Communauté / Questembert / Questembert. L’école de musique municipale ouvrira en septembre

Publié le 11 mai 2016

Questembert. L’école de musique municipale ouvrira en septembre

« Ce n’est pas un divorce avec Muzillac. Disons que chacun aura sa propre école de musique qui sera gérée en fonction de nos propres critères… ». Marie-Annick Martin, le maire de Questembert résume ainsi la réflexion qui a conduit la ville a décidé de créer une structure municipale indépendante. Dès le mois de juin, les élèves pourront s’inscrire à la nouvelle école de musique municipale de Questembert. Les cours débuteront en septembre. Une réunion publique sera organisée le 1er juin prochain.

Jusqu’à ces derniers mois, l’apprentissage de la musique était assuré par le SIDEM, un syndicat intercommunal regroupant Questembert et Muzillac. Ce syndicat a été dissous et chaque commune reprend sa liberté. Cette situation a généré inquiétudes et rumeurs ces derniers mois sur l’avenir de l’enseignement musical à Questembert. « Compte tenu de l’importance et de la vitalité de la vie culturelle et associative à Questembert, nous avons souhaité maintenir cet enseignement artistique sur Questembert », explique Pascal Heudes, premier adjoint en charge de la culture. Il a donné la liste des instruments dont la pratique sera enseigné par la nouvelle école municipale : piano, guitare, basse électrique, batterie, violon, flute traversière, clarinette. « Nous avons opté pour une stratégie offensive privilégiant le collectif, sans abandonner le milieu scolaire, ni l’individuel », poursuit Pascal Heude. Le choix des instruments ouvre la porte à la création d’orchestre aux ensembles de musiques actuelles, à la chorale pour tous. L’accès de la structure aux élèves dès l’âge de 6 ans sera privilégié.

Une directrice a été nommée et les enseignants du SIDEM ont reçu une proposition pour intégrer la nouvelle école. Quand au modèle économique, il repose sur des horaires hebdomadaires fixes (32 heures) ce qui devrait en faciliter la maitrise. Les tarifs tiendront compte du quotient familial et la charge restant à la charge de la commune est estimée à 32 000 euros par an. La commune va par ailleurs se faire aider par le biais d’une mission de diagnostic qui sera confiée au conservatoire de Vannes pour un montant de 1600 euros. Pour l’opposition, Gérard Launay a regretté « la précipitation » avec laquelle ce dossier a été mené.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Articles similaires