Accueil / Questembert Communauté / Molac / ENQUETE. Foire de Molac : comment le contrôle routier a dégénéré

Publié le 24 juin 2015

ENQUETE. Foire de Molac : comment le contrôle routier a dégénéré

 

photo d'Illustration
photo d’Illustration

Les gendarmes sont partout. C’est la litanie qui revenait sans cesse ce week-end sur le Foire de Molac. Et puis samedi soir un contrôle effectué à la hauteur de la foire a mis le feu aux poudres. Le président de la Foire André Rival a dénoncé un acharnement de la part des forces de l’ordre qui pourrait compromettre l’avenir de cette manifestation qui a connu un très grand succès populaire.

Afin d’avoir une vision complète de cette affaire, nous avons interrogé les gendarmes. Autant dire que ces derniers n’apprécient pas du tout les déclarations du président de la Foire, dans la presse régionale, qualifiées même d' »inadmissibles » par un officier. Cette affaire pourrait d’ailleurs avoir des conséquences assez lourdes sur l’organisation de la Foire.

Voila donc comment les évènements ont dégénéré, samedi soir. « Nous avons de gros problèmes de sécurité routière dans la région de Questembert et notamment sur le RD 775 et le RD 5 (ndlr : la route qui relie Questembert et Bohal et longe le terrain de la foire de Molac). Nous sommes donc très attentifs et samedi un contrôle se déroulait sur le RD 5, sans aucun rapport avec la Foire. Au cours de celui-ci, les gendarmes ont intercepté un scooter qu’ils ont arrêté à la hauteur de la Foire, tout à fait par hasard. Il n’y avait aucune volonté de cibler particulièrement la foire, mais comme cela se fait toujours dans ce cas, pendant qu’un des militaires s’occupait du scooter, les autres ont procédé à des contrôles. Et c’est là que tout a dégénéré…. », explique le capitaine Bardin, commandant de l’escadron départemental de sécurité routière du Morbihan (EDSR). Une automobiliste a fait l’objet d’un dépistage qui était inférieur à la limite. « Par contre, il y avait ses deux personnes à l’arrière qui étaient fortement alcoolisés. Ils se sont montrés extrèmement virulents à tel point qu’ils auraient pu faire l’objet d’une procédure pour outrages. En plus, ils sont intervenus, alors que nous procédions à d’autres contrôles en tentant de s’interposer. Heureusement, le vice-président de la foire qui se trouvait là est intervenu pour calmer les esprits et obtenir que les deux hommes remontent dans le véhicule. Je tiens d’ailleurs à rendre hommage à son intervention, d’autant qu’il s’est excusé de l’incident auprès des gendarmes », relate le capitaine Bardin. Ce soir-là, les gendarmes ont relevé six alcoolémies positives dont trois délictuelles.

Mais à en croire les propos qui circulaient sur la foire, des contrôles avaient lieu un peu partout autour de Molac. « Comme je l’ai déjà dit, le RD 5 et plus largement le secteur de Questembert est une priorité pour nous. Donc nous y sommes très présents. Mais de toute façon, toutes les grandes manifestations font l’objet d’une attention particulière. C’est le cas de la Madone des motards ou bien encore du Pont du Rock. Les organisateurs le savent pertinemment et notamment André Rival avec lequel je me suis déjà entretenu à ce sujet. Moi je préfère prévenir que guérir et il devrait se réjouir de ces contrôles qui évitent des morts sur la route », précise le capitaine Bardin.

Celui-ci rappelle que la responsabilité pénale des organisateurs d’une manifestation peut-être engagée si par exemple une enquête menée après un accident mortel démontre que la victime y a consommé de l’alcool. « Je participais justement à une conférence devant des élus référents sécurité routière mardi, au cours de laquelle ce sujet a été abordé et j’ai attiré leur attention sur ce point. Et ce ne sont pas les gendarmes mais le procureur de la République qui fera mener les investigations jusqu’au bout », prévient le patron de l’EDSR.

Mais cette affaire pourrait bien avoir d’autres conséquences. Car, selon nos informations, une procédure de « renseignement administratif » a été adressée au préfet ce mercredi à la suite de cet incident. Celle-ci pourrait inciter le préfet à exiger que le comité de la Foire prennent un certain nombre de mesures. Par ailleurs, une autre procédure, judiciaire celle-ci, pourrait également être engagée.

Quand à la solution évoqué par André Rival d’étudier la mise en place de navettes, elle suscite l’approbation du capitaine Bardin. « C’est d’ailleurs une solution que j’ai déjà suggéré à André Rival », indique-t-il.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Articles similaires