Accueil / Elections départementales / EDITORIAL. Les enjeux d’un scrutin sans passion

Publié le 17 février 2015

EDITORIAL. Les enjeux d’un scrutin sans passion

Publication-des-candidatures-aux-elections-departementales_catcher

Interrogé, jeudi dernier en marge d’une conférence de presse, François Goulard le président du conseil général du Morbihan exprimait sa sérénité et sa confiance dans le résultat des élections départementales qui se dérouleront les 22 et 29 mars. Une confiance qu’il appuie sur la qualité des binômes soutenus par la majorité départementale, l’action menée par l’assemblée départementale sous son impulsion et aussi par l’absence de ténors à gauche…

Mais au jeu des pronostics, la prudence est de mise sur le résultat de ce scrutin sur lequel planent de nombreuses incertitudes? La première c’est d’abord les conséquences de la nouvelle organisation de ces départementales et le redécoupage des cantons qui a été opéré. Quels sujets locaux peuvent être suffisamment fédérateurs pour captiver l’attention des habitants de Malestroit et ceux de Moréac qu’une cinquantaine de kilomètres et 3/4 d’heure de route séparent? On en arrive à retrouver dans les programmes des candidats des généralités qui ne risquent guère d’enflammer les passions et surtout qui se ressemblent furieusement. Si on les écoute tous, et bien après le 29 mars, les communes rurales seront sur le même pied d’égalité que les centres urbains, on pourra circuler facilement d’un point à l’autre du département et le développement économique sera assuré…

Non tout ça ne risque pas de galvaniser les électeurs et on en arrive à la deuxième inconnue : la participation. On ne prend guère de risque à prédire qu’elle sera très importante. On aurait pu penser que les évènements tragiques du début janvier engendreraient un sursaut civique, puisque finalement quelle est la meilleure arme contre les extrémismes que ce bulletin de vote que nous a donné la démocratie? Mais il est peu probable que ce sursaut se produise. On le voit bien dans le peu d’intérêt que suscitent les dépôts de candidatures ainsi que dans une campagne pour l’instant quasi inexistante.

Donc, il y aura sans doute une très forte abstention. A qui profitera cette situation? Quel camp parviendra à mobiliser le plus ses électeurs dans un mouchoir de poche? Dans ce genre de situation, nul ne sait ce qui peut sortir des urnes. Car résumer l’enjeu de ces départementales à un classique duel droite-gauche serait bien trop réducteur. On a vu dans les précédentes élections partielles que les électeurs n’ont pas peur d’emprunter d’autres voies. Le Front national qui est présent dans tous les cantons mais aussi le Front de gauche qui présentent des candidats dans une grande partie d’entre eux pourraient bien brouiller les cartes d’un scrutin sans passion.

Jacky Guyon

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Articles similaires