Accueil / Vie Pratique / Délinquance : quand l’alcool pèse sur les chiffres

Publié le 30 avril 2014

Délinquance : quand l’alcool pèse sur les chiffres

 

délinquance

L’alcool et ses excès… Voila sans doute ce qui explique l’augmentation du nombre « d’atteintes volontaires à l’intégrité physique des personnes » (AVIP) que laisse apparaître le bilan de la sécurité du 1er trimestre 2014 dans le Morbihan. Les « AVIP » regroupent « les faits de violences physiques crapuleuses et non crapuleuses, les menaces de violences et les violences sexuelles ». Sur l’ensemble du département, elles ont augmenté de 7,6% pour atteindre un total de 665 faits (47 faits supplémentaires).

Mais une analyse plus fine de ces chiffres montre qu’une grande partie de ces faits sont des différends familiaux commis essentiellement sous l’emprise de « substances addictives ». Une dénomination politiquement correcte pour désigner en fait l’alcool. Consommation excessive d’alcool que l’on retrouve d’ailleurs à l’origine de bon nombre d’accidents de circulation.

L’autre sujet de préoccupation ce sont les violences sexuelles qui augmentent sensiblement en zone gendarmerie dans un volume relativement restreint (41 faits au lieu de 32 soit une progression de 28,1%). Peut-être un mal pour un bien, car selon le colonel commandant le groupement de gendarmerie du Morbihan, cette hausse est sans doute tout simplement liée au fait que les tabous tombent dans ce domaine et que de plus en plus de victimes se décident à porter plainte. « On travaille avec beaucoup de partenaires impliqués dans ce domaine, on en sait de plus en plus sur ce phénomène… », indique le colonel.

Pour le reste, les atteintes aux biens et les cambriolages reculent globalement dans le Morbihan au 1er trimestre (-8,5% sur l’ensemble du département). Une baisse particulièrement notable en zone gendarmerie, plus faible en zone police. C’est l’agglomération de Vannes qui est plus touchée que Lorient, mais les chiffres sur Vannes devraient baisser, selon le directeur départemental de la sécurité publique, en raison d’une série d’interpellations.

En zone gendarmerie ce sont les cambriolages dans les locaux industriels qui posent problèmes. Le préfet du Morbihan qui commentait ces chiffres inciter d’ailleurs les acteurs économiques à se rapprocher des services de police ou de gendarmerie pour mettre en place des mesures de prévention adaptées à leur cas. La gendarmerie est actuellement en train de développer des systèmes d’alerte dont l’objectif est d’accélérer la rapidité d’intervention lors de cambriolages.

Enfin, on note une diminution des escroqueries et infractions économiques et financières (-8,3% sur l’ensemble du département), mais dans ce domaine la vigilance reste de mise dans le cyberespace.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Articles similaires