Josselin. Le périple solidaire du randonneur passionné

Mercredi soir, il pleut sur la Bretagne. Le long du canal de Nantes à Brest, sur le chemin de halage, un homme marche, seul. Christophe Riouat a quitté Redon le matin à 7 h 30 pour rejoindre Josselin avec son packetage de 4 kg sur le dos. Un moral d’acier est nécessaire pour parcourir les 62 kilomètres qui séparent les deux villes. « Le plus dur ce sont les 22 kilomètres qui séparent deux des écluses. Cela représente 4 heures de marche, 4 heures pendant lesquelles je n’ai rencontré personne, je n’ai pas parlé », confie Christophe à son arrivée au Gite d’étape de Josselin. Il a du mal à poser les pieds sur le sol et se précipite dans la voiture d’assistance pour se soigner. Demain matin, ses pieds devront à nouveau être capables d’avaler les kilomètres : 48 km sont au programme de cette 3è étape qui le conduira à Pontivy. A la fin de la semaine ce marcheur de l’extrème aura parcouru 364 kilomètres entre Nantes et Chateaulin. Un défi un peu fou mais qui est dédié à une bonne cause.

Christophe Riouat est un passionné de randonnées pédestres, mais il est aussi sensibilisé au problème du handicap visuel, parce que via son métier, il installe des aménagements au profit des personnes qui en sont victimes. « Je me souviens, c’était un matin autour d’un café. Christophe m’a dit : j’aimerais que ma passion pour la marche serve à quelque chose », raconte Benjamin Costaoec, un ami du marcheur qui est devenu son équipier. L’idée a fait son chemin et a débouché sur la création d’une association et d’un projet baptisé « La Visionnaire » sur la base d’un concept simple : joindre l’utile à l’agréable.

L’agréable c’est de parcourir à pieds les 364 km de Nantes à Chateaulin. L’utile c’est de vendre chaque kilomètre (50 euros) à des partenaires (entreprises ou collectivités), la somme ainsi récoltée étant reversée à des associations bretonnes oeuvrant dans le domaine du handicap. Et lundi matin, Christophe a entamé son périple. Tous les soirs, il bivouaque dans la ville étape rejoint par son épouse et son équipier. Mercredi soir, c’est donc près du gîte d’étape de Josselin que le petit groupe a planté ses tentes. La municipalité de Josselin leur a permis l’accès aux commodités du Gîte. « La mairie nous a vraiment accueilli à bras ouvert c’est plutôt réconfortant de se sentir soutenu comme ça… », souligne Christophe avant d’entamer une nuit chaotique, puisque toutes les deux heures il doit soigner ses pieds meurtris afin de pouvoir repartir le lendemain. « C’est un effort intense qui laisse des traces. Il me faudra 4 mois pour me remettre… », ajoute le randonneur au grand coeur qui malgré la souffrance a le sourire. « Les gens que je croise, les éclusiers notamment, remarquent le tee-shirt aux couleurs de La Visionnaire et me demande des explications, le dialogue s’engage, c’est plutôt sympa », raconte-t-il.

Martine Guillas-Guérinel, 1ère adjointe au maire de Josselin et conseillère départementale était là, ce jeudi matin, pour donner le top-départ de la nouvelle étape du marcheur. Pour ses créateurs, « La Visionnaire » est destinée à être renouvelée tous les deux ans et pourrait bien trouver pour sa prochaine édition un nouveau point de convergences avec Josselin. On sait que la ville vient de lancer l’idée d’un vaste projet touristique s’articulant autour des voies d’eau bretonnes. Or, Christophe Riouat caresse le projet de mettre en valeur le canal et ses écluses par le biais de sa marche solidaire.

Christophe Riouat au centre
Martine Guillas-Guérinel, 1ère adjointe au Maire de Josselin et conseillère départementale est venu donner le départ de la 4è étape

'Josselin. Le périple solidaire du randonneur passionné' n a pas de commentaires

Soyez le premier à commenter cet article !

Voulez-vous laisser un commentaire ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.